Sentez-vous que vous prenez de l’âge ? Afin de ne pas léguer à vos héritiers un litige autour de votre patrimoine, vous pensez que c’est le bon moment pour préparer votre succession. Seulement, vous ne savez pas comment vous y prendre pour satisfaire chacun d’eux. Voici pour vous l’essentiel à savoir pour bien préparer votre succession.

Quel est le meilleur moment pour léguer un patrimoine ?

Il est généralement admis par la majorité des conseillers en patrimoine que la succession se prépare avant de célébrer vos 70 printemps. De cette façon, vous pourriez transmettre une grande partie de vos biens. De plus, cette méthode vous permet de jouir de plusieurs avantages fiscaux. Toutefois, il n’existe pas d’âge limite pour une donation. Vous pouvez voir tous les articles sur la succession pour être informé de toutes les possibilités qui s’offrent à vous pour mieux la préparer. Sachez que vous pouvez léguer un héritage à vos nièces ou neveux et éviter la fiscalité.

Toutes les 15 années, un abattement de 100 000 euros est applicable pour toute donation entre parent et enfant. L’abattement peut atteindre 80 724 euros entre conjoints et partenaires PACS. Lorsque la donation est entrepris entre grands-parents et petits-enfants, l’abattement peut arriver à 31 865 euros, lesdits montants sont en vigueur depuis l’an 2020.

Pour donc éviter les droits de succession, vous pouvez effectuer une donation à 70 ans et un second à 85 ans.

Quelles méthodes pour préparer sa succession ?

Plusieurs méthodes sont employées pour réussir la succession. Aucune méthode n’est standard, il faut donc faire le choix en fonction de chaque cas d’espèce. Les éléments à prendre en compte sont entre autres, le nombre des héritiers réservataires ou non, la valeur de l’héritage à transmettre, l’âge de celui qui transmet et ses objectifs.

  • La donation

Elle peut être manuelle ou d’argent. Les dons par virement sont considérés comme des dons manuels. Les dons peuvent aussi porter sur le mobilier. Les dons manuels doivent être déclarés au fisc.

Le démembrement est un autre mécanisme de donation très avantageux sur le plan fiscal. Il est souvent conseillé pour préparer sa succession.

Lorsque vous avez des enfants issus d’un précédent mariage, il vous faut employer la donation-partage. C’est un excellent moyen d’effectuer des donations sans provoquer des conflits entre membres de la famille.

Pour protéger votre conjoint des griefs des enfants d’une précédente union, la formule idéale est la donation entre époux. Elle permet de lui assurer une part importante du patrimoine.

  • L’assurance-vie

Elle est l’un des outils les plus employés pour transmettre de l’argent à ses proches. Vous bénéficiez d’exonération d’impôt si le bénéficiaire est votre conjoint, mais un abattement de 152 000 euros est applicable par enfant. Cette une règle valable pour les sommes versées avant les 70 ans de l’assuré.

  • Le testament

Vous pouvez aussi recourir à un testament pour définir les parts de chacun des bénéficiaires. Mais il ne prend effet qu’après votre décès.

Les erreurs à ne pas commettre dans la préparation de la succession

Pour réussir votre succession, vous devez prendre garde à ne pas tomber dans certains pièges.

D’abord, ne vous hâtez pas de transmettre votre patrimoine. Cela est peut-être avantageux sur le plan fiscal, mais vos besoins et votre vision peuvent évoluer avec le temps.

Ensuite, la réserve héréditaire peut être défavorisée si vous faites des donations à des personnes de votre choix. Dans ce cas, ceux qui ont déjà les donations peuvent voir leur part recalculée.

Enfin, songer à préserver une partie de votre argent. En effet, vous pourriez avoir des besoins après avoir tout donné. La mort n’est certainement pas pour demain matin.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here